Idée fausse (2ème partie) : Les danses de Shen Yun sur le Falun Gong sont « politiques »

Shen Yun utilise l’art pour présenter des histoires qui font revivre l'essence intérieure de la culture chinoise d’inspiration divine. Cela inclut aussi bien d’anciennes légendes, des personnages et des contes puisés dans l'histoire, que des événements caractéristiques du monde moderne, y compris des histoires sur la pratique du Falun Gong.

Le Falun Gong, également appelé Falun Dafa, est guidé par les principes de « Vérité, Compassion et Tolérance ». Il a aidé plus de cent millions de Chinois à comprendre et revenir à l'essence même de la culture traditionnelle chinoise – les écoles de pensées confucéennes, bouddhistes et taoïstes.

Et pourtant, le Parti communiste chinois, dont le régime et l'idéologie sont en complète opposition avec la culture traditionnelle chinoise, a ciblé le Falun Gong pour le persécuter.

Depuis 1999, le régime a concentré ses pouvoirs et ses ressources sur une campagne impitoyable et systématique contre les pratiquants de Falun Gong dans une tentative d'éradiquer le groupe. Mais les pratiquants de Falun Gong sont restés ferme dans leurs croyances et ont continué à dénoncer les innombrables injustices par des moyens pacifiques. Leur esprit de compassion et de tolérance exprime l'essence même des 5000 ans de culture divine chinoise. En fait, ce n’est pas le Falun Gong lui-même qui est politique, mais c'est plutôt le régime communiste qui utilise des moyens politiques pour persécuter le Falun Gong et réduire au silence tous ceux qui souhaitent en parler.

Dans les spectacles de Shen Yun, des thèmes comme la dévotion spirituelle, la bienveillance des dieux, la rétribution du bien et du mal et la recherche du sens de la vie ont fait leur apparition dans les histoires, les danses et les chants associés au Falun Gong. Ces programmes touchent le cœur et éveillent l'esprit. Ils inspirent les gens de façon positive et n’ont rien à voir avec la politique. Utiliser le terme de « politique » pour décrire ces programmes est, en vérité, de la désinformation.

Idée fausse (1ère partie) : « Mais quand j’étais en Chine, j’ai vu … »
Idée fausse (3ème partie) : ne pas voir au-delà du superficiel